Article du Hill Times : Le NPD est en faveur d'un meilleur contrôle des OGM

Le NPD est en faveur d’un meilleur contrôle des OGM

Ruth Ellen Brosseau – Députée de Berthier-Maskinongé et porte-parole du NPD en matière d’agriculture et d’agroalimentaire

C’est un honneur pour moi d’être de retour à la Chambre des communes en tant que députée de la magnifique circonscription de Berthier-Maskinongé. C’est également avec privilège que j’ai appris que j’étais promue à titre de porte-parole en matière d’agriculture et d’agroalimentaire. C’est avec fierté que je défendrai, tout au long de mon mandat, les intérêts de tous les intervenants des secteurs agricoles et agroalimentaires. Ce n’est pas les enjeux et les dossiers qui manquent. L’un d’entre eux est celui des organismes génétiquement modifiés (OGM).

Depuis plusieurs années, le dossier des OGM est une priorité pour le NPD. Nous sommes sensibles à cet enjeu parce que la population l’est, il m’arrive régulièrement de me faire aborder à ce sujet. Durant les quatre prochaines années, nous travaillerons plus précisément sur deux dossiers touchant les OGM qui reflètent les inquiétudes des Canadiens et des Canadiennes.

Premièrement, pour l’instant, rien ne nous permet de conclure que les OGM représentent un danger pour la santé publique ou qu’ils seraient à l’origine de problèmes de santé, mais il importe que les récentes avancées scientifiques et les OGM qui sont accessibles au Canada pour des fins agricoles passent par des processus d’évaluation rigoureux qui démontrent qu’ils sont sécuritaires pour la santé publique. En d’autres mots, le NPD est d’avis que le processus d’homologation d’un OGM doit être rigoureux et que les OGM doivent faire l’objet d’une analyste scientifique neutre. C’est pour cette raison que mon ancien collègue néo-démocrate, Alex Atamanenko, a déposé le projet de loi C-474 lors de la dernière législature. Il avait pour objectif de soumettre les nouveaux OGM à un examen scientifique supplémentaire avant leur homologation. Il répondait directement aux craintes de plusieurs agriculteurs qui exportaient leurs produits, mais malheureusement, à la fois les libéraux et les conservateurs ont préféré favoriser les grandes entreprises aux agriculteurs.

Malgré cela, il faut rappeler que tout comme nous, les Libéraux ont fait campagne en faisant la promotion de l’importance des scientifiques et de leur liberté intellectuelle dans les décisions gouvernementales. Le nouveau gouvernement en place au Premier ministre de la Saskatchewan concernant les OGM qu’« un gouvernement de Justin Trudeau appuiera la recherche scientifique et basera ses programmes et politiques sur des faits vérifiés. » Comme mentionné, le NPD est du même avis et en tant qu’opposition progressiste, nous nous assurerons que les Libéraux respecteront leurs promesses d’investir dans la recherche et l’innovation et qu’il tiendra compte des recherches scientifiques dans leurs décisions.

Deuxièmement, sachant qu’un nouveau sondage datant du 25 septembre 2015 relève que 88% des Canadiens et Canadiennes souhaitent savoir si leur alimentation est exempte d’OGM, il importe que nous légiférions afin que les produits contenant des OGM soient obligatoirement étiquetés sans coups supplémentaires pour les producteurs. C’est une pratique que nous retrouvons présentement dans 64 pays dont l’Australie, la Nouvelle-Zélande et ceux de l’Union européenne. Même au Vermont, ils ont adopté une loi exigeant l’étiquetage des OGM. Pour le NPD, il est primordial que les consommateurs et consommatrices canadiennes aient accès à cette information afin de pouvoir faire leur propre choix. Ça fait tout simplement partie de leurs droits. À ce sujet, le NPD a déposé le projet de loi C-257 et la motion M-480 qui n’ont toutefois pas fait l’objet de débat en chambre. Nous nous faisons un devoir de les redéposer, car cet enjeu est préoccupant pour la population et nous devons travailler dans son intérêt et dans celui des grandes entreprises.