Formation de la main-d’œuvre : Ottawa doit renoncer à imposer sa volonté aux provinces

L’approche unilatérale de Stephen Harper nuit aux travailleurs vulnérables

 

Les provinces, les experts et même la Chambre de commerce du Canada critiquent l’ingérence du gouvernement conservateur dans les programmes provinciaux de formation de la main-d’œuvre. C’est d’autant plus dommage qu’une étude récente démontre que ces programmes atteignent leurs objectifs.

« Encore une fois, le gouvernement conservateur ignore l’avis des experts. Le gouvernement Harper devrait consulter les provinces au lieu d’imposer unilatéralement des compressions de 300 millions de dollars dans les programmes destinés aux travailleurs vulnérables », a déclaré la porte-parole de l’opposition officielle en matière d’emploi et de développement social, Jinny Sims (Newton – Delta-Nord).

Le ministre Jason Kenney fait peu de cas des inquiétudes des provinces au sujet des conséquences des changements sur les travailleurs âgés, les autochtones et les personnes vivant avec un handicap. La semaine dernière, le ministre a été jusqu’à qualifier ces personnes de « bénéficiaires habituels de l’aide sociale ».

« Au NPD, nous croyons qu’il serait plus productif de travailler ensemble pour trouver le meilleur moyen d’aider les travailleurs marginalisés à entrer sur le marché du travail », a pour sa part ajouté la porte-parole adjointe, Sadia Groguhé (Saint-Lambert).