Il est temps d'agir pour réduire le gaspillage alimentaire

OTTAWA – Souhaitant faire de la lutte au gaspillage de nourriture une priorité, la porte-parole adjointe en matière d’agriculture du NPD, Ruth Ellen Brosseau (Berthier – Maskinongé) a présenté une motion à la Chambre des communes pour réduire le gaspillage alimentaire.

« Le gouvernement doit faire preuve de leadership pour réduire le gaspillage alimentaire et favoriser des méthodes de production alimentaire plus durables. Il est essentiel de sensibiliser le public. Les données sur le gaspillage sont alarmantes, il est plus que temps de s’attaquer au problème », a déclaré Mme Brosseau.

Chaque année, au Canada seulement, on estime qu’environ 27 milliards $ de nourriture se retrouvent au dépotoir ou au compost. Plus du tiers du panier d’épicerie des Canadiens se retrouve dans la poubelle toutes les semaines.

Entre temps, 800 000 personnes ont recours aux banques alimentaires chaque mois.

La motion du NPD vise à faire du 20 octobre la Journée nationale de sensibilisation au gaspillage alimentaire, à réduire le gaspillage notamment en facilitant les dons de produits invendus salubres aux organismes communautaires et banques alimentaires et à réduire le coût environnemental de toutes ces pertes.

« Afin de lutter contre la faim au pays, les banques alimentaires doivent être en mesure d’obtenir des denrées et de les distribuer aux Canadiens dans le besoin. Banques alimentaires Canada appuie cette motion en espérant sensibiliser les gens au problème de la faim et accroître l’offre d’aliments excédentaires sûrs et sains, afin d’enrayer la faim dans nos collectivités », a déclaré Katharine Schmidt, directrice générale de l’organisme.

Le texte de la motion se lit comme suit :

Que, de l’avis de la chambre, le gouvernement devrait : a) déclarer le 20 octobre de chaque année, Journée nationale de sensibilisation au gaspillage alimentaire; b) élaborer un plan pancanadien exhaustif afin de réduire le gaspillage alimentaire en (i) sensibilisant la population au gaspillage alimentaire par le biais d’une campagne nationale, (ii) facilitant les dons de produits invendus salubres à la consommation du secteur privé aux organismes communautaires et aux banques alimentaires, (iii)  mettant en œuvre divers autres moyens pour réduire l’impact environnemental lié à la production de ressources alimentaires non consommées.

http://ruthellenbrosseau.npd.ca/gaspillage-alimentaire et http://petition.npd.ca/le-gaspillage-alimentaire-cest-laffaire-de-tous