Il faut en faire davantage pour mettre fin à la violence contre les jeunes femmes

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
20 mars 2017 


IL FAUT EN FAIRE DAVANTAGE POUR METTRE FIN À LA VIOLENCE CONTRE LES JEUNES FEMMES
 

OTTAWA – Suivant la publication d’un rapport du Comité permanent de la condition féminine sur la violence contre les jeunes femmes et les filles, la porte-parole du NPD pour la condition féminine, Sheila Malcolmson (Nanaimo–Ladysmith) a déposé un rapport supplémentaire pressant les libéraux fédéraux de mettre en place immédiatement un plan d’action national.

 

L’absence d’un plan d’action national dans le rapport final du Comité est désolante, a déploré Mme Malcolmson. Des jeunes femmes du Canada sont aux prises avec un système de justice déconnecté de la réalité, des services fragmentés et souvent inaccessibles, ainsi que des politiques inconstantes ou non existantes dans leur école et environnement de travail. Il nous faut de l’action, pas seulement des études additionnelles. 

 

Le rapport supplémentaire du NPD note que les femmes et les filles continuent de faire face à de hauts niveaux de violence au Canada, alors que les organismes de première ligne souffrent depuis des décennies d’un manque de financement pour mener leurs opérations, ce qui entraîne une réduction des services et de l’accès à des refuges de même qu’à des centres d’aide aux victimes d’agression sexuelle.

 

Le manque de financement prévisible à long terme est l’un des plus graves problèmes que connaissent les organismes qui aident les femmes à se sortir de la violence, a ajouté Sheila Malcolmson. Après un an et demi au pouvoir, le gouvernement de Justin Trudeau et sa rhétorique féministe ont donné lieu à très peu de mesures tangibles.

 

Un plan d’action national, qui répondrait à un engagement pris auprès des Nations Unies, comprendrait une réponse coordonnée de tous les paliers de gouvernement pour assurer l’égalité d’accès aux services d’un bout à l’autre du pays, ainsi que des normes nationales au sein des politiques administratives et des systèmes de justice, de police et d’éducation. De plus, il ferait en sorte que le gouvernement fédéral fournisse du financement opérationnel constant pour les organismes communautaires de première ligne qui travaillent pour protéger les victimes et mettre fin à la violence contre les femmes.
 

  – 30 –

 
Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Centre des médias du NPD : 613-222-2351 ou media@npd.ca