L'UNESCO, dans son rapport sur le parc Wood Buffalo, lance un appel urgent à l'action selon le NPD

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
10 mars 2017 
 

L’UNESCO, DANS SON RAPPORT SUR LE PARC WOOD BUFFALO, LANCE UN APPEL URGENT À L’ACTION SELON LE NPD 

OTTAWA – Le plus grand parc national du Canada est exposé à une menace imminente après de la négligence de la part du gouvernement libéral et conservateur, a déclaré aujourd’hui le député néodémocrate Wayne Stetski à la suite de la publication d’un rapport accablant de l’UNESCO sur l’état du parc national Wood Buffalo.

« L’UNESCO a rejeté l’étude qui a autorisé la construction du barrage du site C sur la rivière de la Paix, a indiqué M. Stetski. Selon les auteurs du rapport, le développement industriel prenant place dans les corridors des rivières de la Paix et Athabasca menace le parc Wood Buffalo. »

M. Stetski, député de Kootenay—Columbia et porte-parole du NPD pour les parcs nationaux, est d’avis que l’UNESCO souhaitait connaître l’incidence des projets hydroélectriques et d’exploitation des sables bitumineux actuels sur le parc national Wood Buffalo et savoir en quoi le barrage du site C pourrait les toucher. 

« Les conclusions de l’UNESCO sont choquantes, a déclaré M. Stetski. L’étude environnementale ayant permis d’approuver la construction du barrage du site C a passé sous silence les répercussions possibles sur un site du patrimoine mondial. Elle n’a absolument pas tenu compte des connaissances locales des Premières Nations et des Métis vivant dans la région. Les projets hydroélectriques et d’exploitation des sables bitumineux ont des effets importants sur le delta des rivières de la Paix et Athabasca et les millions d’oiseaux qui y vivent. »

D’une superficie de près de 45 000 km2, le parc Wood Buffalo est plus grand que la Suisse. Il a été créé en 1922 en vue de protéger le plus important troupeau de bisons des bois du monde. Il s’agit d’un site de nidification essentiel pour la grue blanche, une espèce en voie de disparition. 

« Les gouvernements fédéral et provincial doivent immédiatement donner suite aux recommandations de l’UNESCO, selon M. Stetski. Parmi ces recommandations, mentionnons la réalisation d’une nouvelle évaluation environnementale du site C, fondée sur des données scientifiques; la réalisation d’une évaluation de l’incidence des champs pétrolifères sur les ressources en eau douce de la région; l’amélioration de la dotation du parc toute l’année; l’établissement d’un véritable partenariat avec les Premières Nations et les Métis en vue de la gouvernance et de la gestion du parc. »

« Des décennies d'inaction de le part des gouvernements libéraux et conservateurs ont mis le titre de patrimoine mondial du parc en danger, a déclaré la porte-parole du NPD en matière d'environnement, Linda Duncan. Les résultats de cette enquête montrent à quel point le gouvernement fédéral n'a pas réussi à protéger l'intégrité du patrimoine mondial, mais aussi à respecter les droits des Premières nations locales. »

« Le parc national Wood Buffalo est un fleuron national et un trésor mondial, a indiqué M. Stetski. Nous devons le sauver avant qu’il ne soit trop tard. »
 

  – 30 –

 
Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Centre des médias du NPD : 613-222-2351 ou media@npd.ca