La lutte aux changements climatiques passe après la partisanerie conservatrice

La nouvelle ministre conservatrice de l’Environnement priorise les attaques partisanes au détriment de l’action.

 

OTTAWA – Au lieu d’annoncer des mesures pour lutter contre les changements climatiques, la nouvelle ministre de l’Environnement conservatrice s’est servie du dernier rapport du Groupe d’Experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pour faire de la politique partisane contre le NPD.

« À mon avis les Canadiens vont être déçus de constater que les ministres conservateurs se servent de ressources gouvernementales pour mener des attaques partisanes concernant un enjeu aussi sérieux. La ministre Leona Aglukkaq semble davantage intéressée à s’attaquer au NPD plutôt que de s'attaquer à la lecture du rapport du GIEC, lequel contient des faits et des analyses scientifiques importantes », a dit la porte-parole de l'Opposition officielle en matière d'environnement, Megan Leslie (Halifax).

Le GIEC dit qu’il est possible maintenant d'affirmer avec beaucoup plus de certitude que les changements climatiques sont directement liés aux activités humaines. Il demande aux dirigeants de tous les pays du monde d’agir immédiatement et de manière rigoureuse afin de faire diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

« Ce rapport devrait être perçu comme un appel à l’action et certainement pas comme un moyen pour les conservateurs de mener des attaques contre des prétendues politiques du NPD qui n’existent que dans l’imaginaire conservateur », a dit Megan Leslie.

« Il est temps pour la ministre de l’Environnement d’arrêter ces attaques sournoises. J’espère maintenant qu’elle lira le rapport et qu’elle commencera à agir réellement pour lutter contre les changements climatiques. »