Le Canada a besoin d’un plan national pour la démence

Le Canada fait face à une crise imminente en ce qui concerne le nombre de personnes atteintes de démence et le NPD demande au gouvernement d’établir un plan national pour aider ceux qui souffrent de cette maladie.

« Les pays du G8 ont organisé un sommet spécial sur la démence qui aura lieu demain. Or, le Canada est l’un des rares pays participant à ce sommet qui n’ont pas de plan national pour la démence, a déclaré le député néo-démocrate Claude Gravelle (Nickel Belt), lors d’une conférence de presse. Les Canadiens méritent mieux. Je demande au gouvernement d’appuyer mon projet de loi C-356 afin de développer un plan national pour la démence. »

Claude Gravelle était accompagné de la Société Alzheimer d’Ottawa et Renfrew et de Matt Dineen, qui a récemment appris que sa conjointe, qui en est au début de la quarantaine, était atteinte de démence.

« J’ai écrit à la ministre de la Santé, Rona Ambrose, avant sa participation à ce sommet spécial du G8, a déclaré M. Dineen. Une stratégie nationale pour la démence est nécessaire pour ma famille et pour bien d’autres. »

Actuellement, quelque 747 000 Canadiens sont atteints de démence. Ce nombre pourrait atteindre 1,4 million d’ici 2031. Cette maladie coûte environ 33 milliards $ par an à l’économie canadienne en plus de millions d’heures d’offres de soins non rémunérés.

« Le Canada doit se doter d’un plan pour la démence dès maintenant, a affirmé la porte-parole du NPD en matière de santé, Libby Davies (Vancouver—East). Le projet de loi de Claude Gravelle appuie la demande de la Société Alzheimer pour un plan national pour la démence afin d’aider à réduire le fardeau que représente la démence pour les familles canadiennes qui doivent composer avec cette maladie et de leur venir en aide. »