Le ministre conservateur James Moore doit s’excuser

Au lieu de prendre ses responsabilités pour l’inaction de son gouvernement pour enrayer les inégalités, le ministre de l’Industrie, James Moore, a tenu les propos suivants sur la pauvreté des enfants: « Est-ce à moi de nourrir l’enfant de mon voisin? Je ne pense pas. »

La porte-parole du NPD, Jinny Sims, comme la plupart des Canadiens, a été choquée au plus haut point par les remarques insensibles du ministre.

« Au cours de la période des Fêtes, beaucoup d’entre nous cherchent à aider les gens dans le besoin. C’est cruel de la part d’un ministre conservateur d’affirmer que la pauvreté des enfants n’est pas son problème, a affirmé Jinny Sims. La pauvreté des enfants n’a pas cessé de croître sous la gouverne des conservateurs et ils osent prétendre que cela ne les concerne pas. Le ministre devrait s’excuser pour ces commentaires offensants. »

Au lieu de s’excuser immédiatement pour son manque de sensibilité, James Moore en a remis en attaquant ceux qui lui reprochaient ses commentaires sur Twitter.

En 1989, la Chambre des communes avait adopté à l’unanimité une motion de l’ancien chef du NPD, Ed Broadbent, afin « de s’efforcer à atteindre le but d’éliminer la pauvreté chez les enfants canadiens d’ici l’an 2000 ». Malheureusement, les gouvernements libéraux et conservateurs successifs n’ont pas respecté cet engagement.

Stephen Harper a même déjà déclaré que la motion de M. Broadbent était le « summum de la stupidité politique au pays ».

Depuis 1989, le nombre d’enfants vivant dans la pauvreté a augmenté de 912 000 à 979 000, ce qui signifie qu’un enfant sur sept vit toujours dans un foyer à faible revenu. En Colombie-Britannique, où James Moore réside, la situation est encore pire : un enfant sur cinq vit dans la pauvreté, le pire taux au Canada.