Le NPD à l’écoute et à la défense du monde agricole

 

Le NPD à l’écoute et à la défense du monde agricole

 

Saint-Hyacinthe, le 1er août 2018 – Brigitte Sansoucy, députée de Saint-Hyacinthe–Bagot accueillait aujourd’hui à l’Expo agricole de Saint-Hyacinthe, sa collègue néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau, députée de Berthier–Maskinongé et porte-parole adjointe, Agriculture et agroalimentaire afin d’aller à la rencontre des producteurs agricoles réunis sur les lieux de la plus ancienne foire agricole au Québec.

Suite à leurs échanges avec les producteurs présents, les députées en ont profité pour rappeler les engagements du NPD dans le secteur agroalimentaire, un moteur économique essentiel pour le Québec qui représente un véritable secteur d’avenir qui doit être protégé.

« En tant que députée de la Technopole agroalimentaire, j’ai toujours défendu et protégé la gestion de l’offre dans son intégralité dans le but de garantir notre souveraineté alimentaire et protéger notre santé. La gestion de l'offre est un pilier du développement économique de Saint-Hyacinthe—Bagot mais aussi du Canada, où plus de 13 000 fermes familiales sont assujetties au système de gestion de l'offre dont près de 6 500 fermes au Québec », a déclaré Brigitte Sansoucy lors du point de presse.

Alors que les libéraux et les conservateurs n'hésitent pas à malmener les secteurs soumis à la gestion de l'offre pour conclure des accords commerciaux internationaux, comme le Partenariat Trans Pacifique (PTP) et l'accord avec l'Union européenne, le NPD est le seul parti qui défend la gestion de l’offre dans son intégralité. « Nous ne cessons de demander aux libéraux de ne faire aucune concession aux États-Unis, dans le cadre de la renégociation de l’ALENA, alors que notre voisin réclame la fin de notre système de gestion de l'offre et exige un accès accru immédiat à nos marchés, d’ajouter la députée Sansoucy. Ruth Ellen Brosseau, quant à elle, a fait une mise en garde : « Les libéraux sont prêts à faire des concessions devant nos partenaires commerciaux et se disent à présent flexibles au sujet des produits laitiers des secteurs sous gestion de l'offre dans les négociations de l'ALENA. Le marché canadien des produits laitiers serait donc une concession potentielle pour conclure les négociations ». Le NPD continuera donc de militer en faveur de la sauvegarde intégrale de la gestion de l’offre.

De plus, les changements environnementaux, ainsi que les demandes des consommateurs exigent des entrepreneurs agricoles qu’ils s’ajustent constamment en investissant toujours davantage. Les milieux agricoles de la transformation alimentaire et manufacturière réclament depuis longtemps des investissements et un plan précis pour favoriser l’attraction, la rétention et la formation de main-d’œuvre dans les communautés rurales. « Il est clair que ces secteurs nécessitent des investissements fédéraux pour appuyer leur développement », a mentionné la députée Brosseau.

Le monde agricole et nos communautés rurales accusent également un retard en raison du fossé numérique marqué par le manque d’investissements massifs pour appuyer la mise en place de la prochaine génération de l’Internet à haute vitesse et de la couverture du réseau cellulaire. « Ce qui est inacceptable dans l’ère numérique actuelle dans laquelle nous nous trouvons », de compléter Brigitte Sansoucy, qui a fait du déploiement de la fibre optique une de ses priorités dans sa circonscription et qui est fort active dans ce dossier.

De plus, le NPD a réussi à mettre en place la Journée nationale de l’alimentation locale, qui fera de chaque vendredi avant l’Action de grâces une journée où l’alimentation locale et les achats sur circuits courts seront mis à l’honneur. « Cette mesure a pour but de faire la promotion de nos producteurs locaux, de nos marchés, de nos fermes et de tout l’avantage pour les consommateurs de se procurer des aliments locaux frais et abordables et de favoriser l’achat local toute l’année durant », de conclure Ruth Ellen Brosseau, visiblement enchantée de sa visite dans la circonscription de sa collègue, Brigitte Sansoucy. Toutes deux étaient ravies de présenter directement aux producteurs agricoles les positions de leur parti à la Chambre des communes.

 

-30-