Le NPD lance un appel à l’action pour les cadets oubliés de Valcartier

Le NDP demande justice pour les survivants de l’explosion d’une grenade à la base des Forces canadiennes Valcartier en 1974. Six cadets avaient alors perdu la vie et une soixantaine d’autres avaient été blessés.

« Pendant près de quarante ans, ces cadets ont été ignorés, réduits au silence et oubliés », a dit le porte-parole de l’opposition officielle en matière de défense, Jack Harris (Saint John’s Est).

En compagnie de deux des survivants de cette explosion, M. Harris a tenu une conférence de presse pour appuyer la requête de l’Ombudsman du ministère de la Défense nationale et des Forces canadiennes, Pierre Daigle, au Ministre de la Défense pour rouvrir ce dossier.

« Il est temps que le gouvernement prenne des mesures pour finalement reconnaître et indemniser les survivants, a ajouté M. Harris. Quatre décennies plus tard, plusieurs anciens cadets souffrent de syndrome post-traumatique et ont toujours besoin d’aide. »

Il y a plus de trois mois, l’Ombudsman a écrit au Ministre de la Défense pour demander une autorisation préalable au mandat de faire enquête sur ce dossier. Sa lettre demeure à ce jour sans réponse.

« Nous appuyons sans réserve la requête de l’Ombudsman. L’accord du Ministre Nicholson est essentiel pour aller de l’avant avec une enquête pour faire la lumière sur ce qui s’est produit », a indiqué la députée d’une des victimes, Nycole Turmel (Hull-Aylmer).

« En plus des familles des victimes, ce tragique événement a marqué à jamais les militaires de la Base de Valcartier ainsi que la population de la région de Québec. Il est plus que temps d'enfin faire la lumière sur ce qui s'est passé», a conclu la porte-parole adjointe du NPD en matière de Défense Élaine Michaud (Portneuf—Jacques-Cartier).