Le NPD réclame la réintégration de Sylvie Therrien

Le NPD réclame une meilleure protection des agents divulgateurs au sein de la fonction publique et la réintégration immédiate de Sylvie Therrien, congédiée pour avoir révélé l’existence de quotas dans le traitement des dossiers des prestataires de l’assurance-emploi.

« Sylvie Therrien a eu le courage de révéler l’existence des quotas imposés aux enquêteurs fédéraux par le gouvernement conservateur. La réponse du gouvernement a été de s’en prendre à la personne plutôt que de s’attaquer véritablement aux dysfonctionnements portés à l’attention du public. Des milliers de Canadiens ont signé une pétition de soutien à Mme Therrien et demandent au gouvernement de lui redonner son emploi. Le gouvernement conservateur traite avec mépris ses fonctionnaires », a déclaré le porte-parole en matière d’assurance-emploi, Robert Aubin (Trois-Rivières).

« Comme les libéraux avant eux, les conservateurs ont agi comme si l’argent de la caisse de l’assurance-emploi leur appartenait. Ils ont adopté unilatéralement des mesures qui ont pour effet de forcer les Canadiens à travailler pour des salaires moindres, tout en réduisant l’accessibilité au régime », a renchéri Mathieu Ravignat, le porte-parole du NPD pour le Conseil du Trésor, Mathieu Ravignat (Pontiac).

Le NPD appuie tous les individus qui ont le courage de dénoncer des méfaits au sein du gouvernement. M. Ravignat a d’ailleurs déposé un projet de loi pour renforcer la protection des fonctionnaires qui sonnent l’alarme sur des malfaisances au sein de la fonction publique. Le projet de loi vise à faire passer de 60 jours à 18 mois le délai de prescription pour ceux qui se disent victime de représailles et à donner plus de pouvoirs d’enquête au Commissaire à l’intégrité du secteur public.