LE NPD S’OPPOSE AUX ATTAQUES DES LIBÉRAUX SUR LES DROITS DES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DE LA POSTE

OTTAWA – Vendredi, Jagmeet Singh et le NPD se sont tenus aux côtés des travailleurs et travailleuses des postes qui sont directement affecté·es par les enjeux qui font l’objet de négociations avec Postes Canada et qui font face à la menace d’une loi libérale forçant leur retour au travail.

 
« Ces personnes aiment leur emploi et veulent servir leurs communautés, mais elles sont confrontées à des conditions de travail difficiles et ont le plus haut taux d’accidents de travail parmi les employé·es du gouvernement fédéral, a déclaré M. Singh. Tout ce qu’elles demandent, c’est le droit de négocier librement, une chose que les libéraux viennent de rendre impossible. »
 
Le gouvernement libéral a laissé entendre au cours des deux dernières semaines qu’il pourrait déposer une loi de retour au travail afin de mettre fin à la grève rotative, une menace qui n’incitait pas l’employeur à négocier de bonne foi. Dans ses négociations, le personnel de la poste demande la fin des heures supplémentaires forcées, des conditions de travail sûrs et l’équité salariale pour les travailleuses.
 
« Il s’agit d’une trahison de la part d’un premier ministre qui prétend être en faveur de l’égalité des femmes, des milieux de travail sécuritaires et de la libre négociation des conventions collectives. Aujourd’hui, il nous prouve que toutes ces promesses étaient des mensonges », a déclaré Diane Mitchell, une mère monoparentale qui a travaillé pendant 30 ans chez Postes Canada comme opératrice de chariot élévateur.

En 2011, les libéraux se sont opposés à la loi conservatrice qui mettait fin à l’arrêt de la livraison du courrier, une loi qui a par la suite été jugée inconstitutionnelle par la cour.

« Les néo-démocrates seront toujours là pour défendre les droits des travailleurs et des travailleuses – et pas seulement quand c’est politiquement payant », a ajouté M. Singh.

 

  – 30 –