Le NPD veut apporter des changements favorisant la mobilité des gens de métier

Le débat sur le projet de loi C-201 de la députée du NPD Chris Charlton (Hamilton
Mountain) commence aujourd’hui. Ce projet de loi vise à éliminer l’un des plus
importants obstacles à la mobilité de la main-d’œuvre. En effet, il permettra
aux travailleurs de se déplacer plus librement là où leurs qualifications sont
demandées.  
                                                                 
« Il n’a jamais vraiment été logique que les gens de métier n’aient pas de
travail dans une région du pays, alors qu’une autre région souffre d’un manque
de main-d’œuvre qualifiée, a déclaré Chris Charlton. Mon projet de loi
permettra de faire travailler les Canadiens au lieu de recourir à l'utilisation
de travailleurs étrangers temporaires. »

Le projet de loi C-201, Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu,
permettra aux gens de métier dûment accrédités et aux apprentis liés par
contrat de déduire de leurs impôts sur le revenu, les dépenses pour le
déplacement et le logement encourues en raison du fait qu’ils travaillent sur
un chantier situé à plus de 80 km de leur lieu habituel de résidence.

« La construction est la plus importante industrie du secteur privé du
Canada, mais elle est aux prises avec deux défis de ressources humaines :
les pénuries de main-d’œuvre et les obstacles à la mobilité de la main-d’œuvre,
a affirmé le directeur du Département des métiers de la construction canadiens,
Bob Blakely. Le projet de loi C-201 assurera que les Canadiens faisant partie
de cette industrie puissent se déplacer vers le lieu de leur travail sans
obstacles financiers. Ce projet de loi a reçu l’appui des entreprises de
construction, de travailleurs et de grands joueurs industriels. »

Le président de la Construction Owners Association of Alberta, Ernie Tromposch,
appuie, lui aussi, l'initiative du NPD. « Nous appuyons fortement le
projet de loi et demandons au Parlement du Canada de l’adopter sans plus
tarder», a-t-il souligné.

« Nous croyons fortement que ce projet doit être adopté par la Chambre des
communes », a ajouté le responsable des affaires de Fraternité internationale
des ouvriers en électricité (Local 568), Laurent Talbot.

« Ce projet de loi serait positif pour tout le monde. Il y aura moins de
travailleurs au chômage; les employeurs auront accès à un plus grand bassin de
travailleurs qualifiés; et le gouvernement profitera du fait que davantage de
Canadiens travailleront, a dit Chris Charlton. Il est temps que ce projet de
loi devienne une loi. »