Le Parlement d'Ottawa met un pied dans le 21e siècle grâce au NPD

Les pétitions électroniques seront enfin acceptées par la Chambre des communes

OTTAWA — Alors que les citoyens vivent à l’ère numérique et sont nombreux à signer des pétitions sur Internet, la Chambre des communes refuse encore de reconnaître la validité de ces démarches pourtant légitimes. Une situation qui sera corrigée grâce au NPD qui a fait adopter une motion à ce sujet mercredi, ralliant une majorité de députés de tous les partis.

« Enfin, la Chambre des communes met le pied dans le 21e siècle, s’est réjouie Ruth Ellen Brosseau. Il est encourageant de voir les députés de tous les partis s’entendre pour améliorer notre démocratie. Il sera désormais plus facile pour mes commettants de participer à la vie démocratique.»

À l’heure actuelle, seules les pétitions en format papier sont acceptées par la Chambre des communes. Les pétitions électroniques, même si elles reçoivent des milliers de signatures de citoyens, ne peuvent pas être soumises au Parlement et sont simplement laissées de côté.

Le NPD croit fermement que ce système doit être modernisé pour refléter les réalités du 21e siècle et que les pétitions électroniques doivent être acceptées, comme dans plusieurs provinces et dans de nombreux autres pays.

La motion du NPD proposait également le déclenchement d’un débat au Parlement lorsqu’une pétition récolte un nombre important de signatures et qu’elle est appuyée par au moins cinq députés. «Le NPD permet ainsi aux citoyens engagés de réellement influencer les discussions politiques à Ottawa», ajoute Ruth Ellen Brosseau.

Un comité parlementaire étudiera maintenant cet enjeu au cours de l’année et formulera des recommandations pour établir un système de dépôt des pétitions électroniques dans les prochains mois.