Les anciens combattants handicapés ne devraient pas avoir à prouver leur handicap chaque année

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

4 mars 2015

 

LES ANCIENS COMBATTANTS HANDICAPÉS NE DEVRAIENT PAS AVOIR À PROUVER LEUR HANDICAP CHAQUE ANNÉE 

OTTAWA – La récente décision du gouvernement conservateur de modifier les exigences envers les anciens combattants handicapés de manière à exiger des preuves de leur état physique à chaque année montre à quel point les conservateurs négligent les anciens combattants et leur famille. 

« Les anciens combattants handicapés de façon permanente comme Paul Frankin ne devraient pas avoir à prouver chaque année leur handicap, a déclaré le porte-parole du NPD en matière d’anciens combattants, Peter Stoffer (Sackville – Eastern Shore). Je sais que certains conservateurs nient l’existence même des changements climatiques, mais jamais je n’oserai croire qu’ils s’imaginent que les anciens combattants peuvent se faire repousser un bras ou une jambe! » 

Paul Franklin, un caporal à la retraite qui a perdu ses jambes en 2006 alors qu’il était en service à Kandahar, a ouvertement critiqué la version originale de cette politique, ce qui a suscité beaucoup d’inquiétude autant chez le public que dans les médias. 

M. Stoffer a ajouté que les anciens combattants qui ont été amputés ou qui ont subi des blessures permanentes ne devraient jamais avoir à soumettre de la documentation pour prouver leur état de santé physique afin de continuer à recevoir de l’aide. Le ministère devrait plutôt joindre les anciens combattants de façon régulière afin de savoir si leurs besoins sont répondus adéquatement ou s’ils ont besoin d’aide supplémentaire. 

« C’est un autre exemple du mépris du gouvernement conservateur pour les anciens combattants et leur famille, a ajouté M. Stoffer. Le ministre doit mettre fin à cette politique ridicule. » 

– 30 – 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Kiavash Najafi, attaché de presse, (613) 852-6186 ou Kiavash.Najafi@parl.gc.ca  

http://www.npd.ca/nouvelles/les-anciens-combattants-handicapes-ne-devraient-pas-avoir-prouver-leur-handicap-chaque