Les Canadiens ont le droit de savoir

Le droit des Canadiens de savoir ce que fait leur gouvernement n’a pas cessé d’être attaqué par les conservateurs de Stephen Harper depuis qu’ils sont arrivés au pouvoir.

Après s’être engagé à réformer les lois sur l’accès à l’information alors qu’il était chef de l’opposition, Stephen Harper a fait de son gouvernement le plus secret et le moins transparent de l’histoire du Canada.

« Les conservateurs ont miné l’accès à l’information, l’outil le plus important qu’ont les citoyens pour exposer la corruption et le gaspillage du gouvernement, a déclaré le porte-parole adjointe du NPD en matière d’éthique, Alexandre Boulerice (Rosemont-La Petite-Patrie). Heureusement, le NPD a des idées concrètes afin de renforcer les lois d’accès à l’information et de défendre le droit de savoir des Canadiens. »

Le NPD propose des réformes urgentes, notamment :

•           étendre les lois sur l’accès à l’information à l’administration de la Chambre des communes et du Sénat;

•           donner des pouvoirs exécutoires au commissaire à l’information;

•           octroyer au commissaire le pouvoir d’examiner les documents du Cabinet.

« Les ministres conservateurs et libéraux qui se sont succédé ont chacun leur tour promis d’améliorer l’accès à l’information, pour ensuite briser cette promesse, a affirmé le porte-parole du NPD en matière de travaux publics et services gouvernementaux, Pat Martin (Winnipeg-Centre). La liberté d’information est une pierre angulaire d’un gouvernement responsable et imputable. Notre système est en crise. Les conservateurs doivent honorer leurs promesses et travailler à réparer les lois inadéquates sur l’accès à l’information du Canada. »