Les enfants des Premières Nations doivent avoir accès à une éducation de qualité

À l’occasion de la Journée nationale de l’enfant, le NPD lance une pétition intitulée Défendre les intérêts des enfants des Premières Nations dans l’espoir de réduire l’écart de financement en matière d’éducation entre les différentes régions du pays.

« Tous les enfants devraient avoir les mêmes chances, mais les écoles des réserves reçoivent souvent un financement trois fois moins important que les autres. Il n’y a pas assez d’argent pour que les écoles aient un enseignant par niveau ou pour qu'elles réalisent les réparations nécessaires. Dans certains cas, les écoles sont pleines de moisissures. Ainsi, une génération entière d’enfants n'acquiert pas les compétences dont elle a besoin pour réussir dans la vie », a déclaré Jean Crowder.

La Loi sur l’éducation des Premières Nations proposée par les conservateurs, sans financement adéquat, va empirer les choses.

« Le système proposé par les conservateurs est trop bureaucratique. L’argent ne se rendra pas aux salles de classe », a affirmé Mme Crowder.

« Les enfants des Premières Nations méritent mieux. Ils méritent un système qui apprécie et soutient leur langue et leur culture tout en leur offrant les compétences et les connaissances dont ils ont besoin pour réaliser leurs objectifs », a-t-elle ajouté.

Les conservateurs ont appuyé unanimement le rêve de Shannen pour un accès équitable à de bonnes écoles et à une éducation de bonne qualité pour tous les élèves. Malgré tout, ils ont soutenu pendant des années que les Premières Nations recevaient en moyenne le même montant que les autres élèves. C’est faux.

« Les conservateurs doivent revoir leurs chiffres. La majorité de l’argent destiné à l'éducation sert à payer les frais de scolarité provinciaux pour la minorité d’enfants fréquentant des écoles hors réserves. Cela veut dire que les écoles dans les réserves reçoivent parfois des milliers de dollars de moins par élève que les écoles provinciales. Les conservateurs doivent cesser de manipuler les données afin de justifier le traitement discriminatoire des enfants autochtones », a conclu Jean Crowder.

 

La pétition se trouve ici :

http://petition.npd.ca/defendre-les-interets-des-enfants-des-premieres-nations