Les libéraux s'opposent à la surveillance des exportations canadiennes d'armes

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Le gouvernement a voté contre la motion du NPD qui visait à établir un comité parlementaire chargé de faire enquête sur les exportations canadiennes d’armes aux pays qui violent les droits de la personne.

OTTAWA – Le gouvernement libéral a aujourd’hui rejeté la motion du NPD qui visait à mettre en place une surveillance parlementaire sur les exportations canadiennes d’armes, notamment à des États ayant de piètres bilans en matière de droit de la personne. La motion du NPD aurait permis la création d’un comité multipartite chargé d’examiner sous tous leurs aspects les exportations actuelles et futures d’armes du Canada. Au Royaume-Uni, un tel comité examine les exportations d’armes du pays depuis 1999.

« Il s’agit d’un vote cynique, décevant et irresponsable de la part des libéraux, a déclaré la porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Hélène Laverdière (Laurier – Sainte-Marie), marraine de la motion. Les Canadiens se posent beaucoup de questions au sujet des exportations d’armes canadiennes aux pays ayant des pratiques douteuses en matière de droits de la personne. Ils méritent de la transparence et de la responsabilité de la part de leur gouvernement. Aujourd’hui, ils n’ont eu ni l’une ni l’autre. »

Les sondages révèlent que la plupart des Canadiens voient d’un mauvais œil la vente d’armes aux pays violateurs des droits de la personne. Or, les exportations canadiennes d’armes ont presque doublé au cours des dix dernières années et le Canada est maintenant le deuxième plus important vendeur d’armes au Moyen-Orient. En effet, il vend des armes même aux pays qui ont de mauvais bilans en matière de droits de la personne comme la Libye, le Soudan et l’Arabie saoudite. Les détails se font rares au sujet de ces exportations.

« Les Canadiens sont profondément préoccupés par les droits de la personne, particulièrement depuis les révélations qui ont été faites au sujet de nos exportations d’armes au Moyen-Orient et en Afrique, a ajouté Hélène Laverdière. Nous, les parlementaires, avons le devoir de nous assurer que le Canada prend les bonnes décisions et participe à la défense des droits de la personne. Avec leur vote honteux d’aujourd’hui, les libéraux ont montré qu’ils préféraient se cacher la tête dans le sable plutôt que de veiller à la transparence et à la responsabilité. »

– 30 –

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Centre des médias du NPD : 613-222-2351 ou npdcom@parl.gc.ca