Motion sur l’économie et l’emploi : les conservateurs tentent encore une fois de faire diversion

Le gouvernement conservateur a encore une fois choisi la voie de la diversion en déposant une motion sans substance sur l’économie et l’emploi au lieu de permettre la tenue d’un débat sur les promesses creuses de son discours du Trône, a déclaré le chef de l’opposition officielle, Thomas Mulcair.

« Stephen Harper a clamé tout l’été qu’il devait absolument proroger le Parlement afin de préparer un discours du Trône dans lequel il énoncerait le plan de son gouvernement pour les deux prochaines années. Non seulement le discours prononcé hier est-il truffé de banalités, mais les conservateurs refusent maintenant que les parlementaires en débattent. Ils ont plutôt déposé une motion sur l’économie qui ne fera rien pour faciliter la création de bons emplois et pour aider la classe moyenne», a souligné M. Mulcair.

En conséquence, le chef de l’Opposition officielle a soumis un amendement à la motion conservatrice afin de la rendre plus substantielle. L’amendement de Thomas Mulcair se lit comme suit:

« Que la motion soit modifiée en supprimant tous les mots suivant “la création d’emploi : et” et en les remplaçant par :

(b) condamner le bilan économique des conservateurs qui s’est traduit par 1,3 million de Canadiens sans emploi, des compressions massives à l’assurance-emploi, une inégalité croissante et le transfert de milliards de dollars en coûts vers les individus et les autres paliers de gouvernement; et

(c) demander au gouvernement de présenter un plan concret afin de créer des emplois de qualité, de combattre la stagnation des salaires, d'offrir des crédits d’impôt pour embaucher davantage de jeunes canadiens, d'améliorer la sécurité de la retraite en renforçant le RPC et la RRQ, et réduire les frais de cartes de crédit imposés aux petites entreprises et aux familles canadiennes. »