Mythes et réalités sur la représentation proportionnelle

Afin de mieux comprendre le système électoral appelé "représentation proportionnelle" ou encore RP, nous vous avons préparé une série de mythes et réalités qui lui sont associés. Ce système n'aura plus de mystère pour vous! N'hésitez pas à nous contacter si vous avez d'autres questions. 

On ne peut pas voter pour le candidat qui représentera sa circonscription dans un système de RP

FAUX: Il existe plusieurs modèles de représentation proportionnelle et chacun peut être adapté selon les réalités de son pays. Le NPD croit qu’il est essentiel que les citoyens maintiennent un lien direct avec leur député. C’est pour cela que nous pensons que le système électoral appelé « proportionnel mixte » est idéal pour le Canada.

Dans ce système, les électeurs complètent un bulletin de vote qui comporte deux choix : (1) l’électeur vote pour le député qui représentera sa circonscription, comme le permet le système actuel et (2) il vote pour un député régional supplémentaire. Ce dernier est choisi parmi une liste de candidats régionaux fournie par chaque parti. Les sièges à la Chambre des communes sont attribués aux partis selon les députés de circonscriptions élus et les députés régionaux sélectionnés en fonction du pourcentage de votes obtenu. 

La RP permet d’élire plus de femmes au Parlement

 

VRAI - Bien que le gouvernement libéral ait décidé de mettre en place un cabinet mixte, notre mode de scrutin actuel n’encourage pas la représentation égalitaire au Parlement. En effet, le nombre de députées élues à la dernière élection ne représente que 88 des 338 sièges disponibles, soit 26%.

Dans un système de représentation proportionnel mixte, les partis présentent des listes de candidats à l’avance. Plus les partis favorisent l’équité homme-femme dans leur liste de candidats, plus nous avons de chance d’atteindre une représentation égalitaire au Parlement. 

La RP produit des gouvernements instables et cause des élections trop fréquentes

FAUX En fait, notre système électoral actuel produit déjà des élections trop fréquentes! Nous avons à notre compte 22 élections fédérales depuis 1945, ce qui est bien au-dessus de la moyenne de plusieurs autres démocraties ayant un système de représentation proportionnelle.

figure_11-fr.png

Source : Institut Broadbent 

Au contraire, la représentation proportionnelle favorise des gouvernements de coalition qui ont tendance à être plus stables. Étant donné que l’obtention d’une majorité absolue est difficilement atteignable, les partis sont plus enclins à s’allier afin de diriger ensemble au lieu de diriger les uns contre les autres. Cela permet la prise en compte d’une plus grande proportion d’électeurs et d’électrices au sein du gouvernement. Un gouvernement de coalition permet donc des gouvernements plus stables, plus inclusifs et moins polarisés au niveau des idéologies politiques, sans pour autant engendrer des élections à répétitions.

Le pluralisme politique n'est pas pris en compte dans un système de RP

FAUX - Notre système actuel est conçu pour favoriser les grands partis politiques et pour limiter la présence des petits partis. Il limite donc la divergence d’opinions en Chambre des communes, puisque ce sont majoritairement les grands partis qui monopolisent les discussions.

En contrepartie, un scrutin proportionnel permettrait de mieux représenter les différentes opinions à travers le Canada, puisque la Chambre des communes serait représentée, telle que le nom le dit, de manière proportionnelle par rapport au pourcentage des voix obtenues lors de l’élection.

La RP favorise une meilleure représentation de la diversité ethnoculturelle au Parlement

VRAI -Tout comme pour la sous-représentation des femmes à la Chambre des communes, la diversité ethnoculturelle doit être améliorée. Dans un système de représentation proportionnelle, nous pourrions favoriser une meilleure inclusion de toute la population canadienne au sein du Parlement. Étant donné que chaque parti doit présenter une liste de candidats pour ses régions, nous pourrions nous assurer d'avoir des représentants de diverses communautés ethniques. 

La RP permet à trop de petits partis d'être élus

FAUX - Plusieurs craignent que la RP entraine la multiplication de petits partis et, par conséquent, le chaos à la Chambre des communes. Les expériences à l'international ont démontré que les partis marginaux ne sont qu’une source de chaos que si le seuil pour obtenir un siège est peu élevé. Il est donc facile de contrer cette éventualité. Par exemple en Allemagne, où le seuil pour obtenir un siège est de 5%, il n’y a que cinq partis à la législature nationale. Dans le cas du Canada, où il y a déjà 5 partis élus à la Chambre des communes, il est peu probable que le nombre de partis devienne excessif. 

Dans les faits, l’élection d’une plus grande proportion de candidats issus de petits partis est même souhaitable, car cela mènerait à la formation de gouvernements de coalition qui ont tendance à être plus stables.

La RP favorise la participation électorale

VRAI - La RP permettrait certainement d’augmenter le taux de participation électorale dans une majorité de circonscriptions. En effet, avec notre mode de scrutin actuel, certaines circonscriptions sont gagnées d’avance, car elles sont des châteaux forts pour certains partis dont le résultat est prévisible. Pour des citoyens et citoyennes s'opposant à ces partis établis, cela devient difficile de faire entendre concrètement leur voix au Parlement, ce qui engendre du cynisme politique, et possiblement, une abstention de vote. Étant donné que le vote de chacun et chacune est véritablement pris en compte dans un scrutin proportionnel, les Canadiens et Canadiennes auraient  certainement plus tendance à voter. 

Réformer notre système est trop compliqué

FAUX - Effectivement, la réforme du système électoral présente de grands défis. Cependant, il s'agit d'un enjeu de justice fondamentale. Un système électoral proportionnel permettrait de mieux représenter la voix de tous les Canadiennes et Canadiens, ce qui symbolise un investissement fondamental pour notre démocratie.

Plusieurs pays, tels que la Nouvelle-Zélande et l’Irlande, ont démontré qu’il était possible de changer leur système de scrutin uninominal à un tour pour celui de représentation proportionnelle. L’Allemagne et les pays scandinaves, pour ne nommer qu’eux, ont également un système proportionnel mixte. Le Canada est capable de faire de même et de réformer son système électoral pour le mieux.