Pyrrhotite

 

Le dossier de la pyrrhotite est un enjeu important pour la Mauricie. On retrouve principalement des victimes de ce fléau à Trois-Rivières dans la circonscription de mon collègue néo-démocrate Robert Aubin, mais également dans la circonscription de Berthier-Maskinongé comme à Pointe-du-Lac (secteur de Trois-Rivières), Saint-Barnabé, Saint-Étienne-des-Grès, Saint-Boniface et j’en passe. On retrouve également plusieurs victimes dans la circonscription voisine de Saint-Maurice-Champlain représentée par François-Philippe Champagne. Robert et moi travaillons sur ce dossier depuis maintenant plus de 5 ans et malgré des compensations par les libéraux en 2016 beaucoup de travail reste à faire et nous ne lâcherons pas le morceau. 

  • Qu’est-ce que la pyrrhotite ? : 

La pyrrhotite est un agrégat dans le béton et sa présence en trop grande quantité provoque l’oxydation au contact de l’air et de l’humidité.  Cette réaction engendre de l’acide sulfurique qui s’attaque au béton et cela peut provoquer la destruction progressive des fondations d’une maison. De plus, la présence de pyrrhotite ou les dommages causés peuvent entraîner une dévaluation significative de la maison sur le marché rendant la vente difficile ou impossible. Pire encore, les cas majeurs amènent des risques importants de dégât voire d’effondrement de la maison. Comme vous pouvez le constater, cette problématique est la cause d’un véritable drame humain et économique dans la région de la Mauricie et ses environs. Des cas ont d’ailleurs été relevés dans plusieurs régions du Québec et même dans le Connecticut aux États-Unis.

 

  • Notre travail depuis 2011

 Lors que nous étions dans l’opposition officielle en 2011, notre équipe néo-démocrate de la région a travaillé très fort afin de faire entendre au gouvernement conservateur de l’époque qu’il était de sa responsabilité d’agir dans le dossier. Malheureusement, après des dizaines de questions en Chambre, des dépôts de pétitions, des conférences de presse, la visite du chef de l’époque Tom Mulcair et notre participation aux marches de soutien aux victimes, le gouvernement a fait la sourde oreille et il n’a jamais reconnu l’ampleur de la problématique.

 La seule réponse des conservateurs était que cette problématique relevait du provincial. Pourtant, les normes des agrégats du béton relèvent directement du fédéral. En 2014, Robert et moi avons forcé le gouvernement et les libéraux à voter en faveur d’une motion qui demandait au gouvernement de modifier les normes des agrégats du béton, mais malheureusement, ni les conservateurs et ni les libéraux ont respecté leur engagement de revoir les normes afin d’éviter un autre incident au pays.

 Depuis le début du drame, le Bloc québécois et les libéraux sont restés assis sur leurs sièges et ils n’ont jamais soulevé cette question en Chambre ou ailleurs.

 Après la dernière campagne électorale de 2015, nous nous sommes rapidement mis au travail. Espérant un gouvernement plus sensible à la question et collaboratif, je me suis assurée avec mon collègue de Trois-Rivières, Robert Aubin, que les bottines des libéraux suivent leurs babines dans le dossier de la pyrrhotite. À plusieurs reprises, les libéraux avaient promis de l’argent aux victimes, mais après plusieurs mois au pouvoir, il était difficile de réellement savoir s’ils allaient venir en aide aux victimes de ce drame.

  • De l’argent pour les victimes, mais…

Heureusement, une somme modeste de 30 millions a été accordée par les libéraux dans le dernier budget. Un montant prévu sur 3 ans afin d’aider pour la réparation des fondations pour les victimes de la pyrrhotite. Cependant, comme l’a mentionné en Chambre mon collègue de Trois-Rivières, 10 millions de dollars par année peuvent aider environ 70 victimes alors que des centaines d'autres sont en attentes. Pour ce qui est des maisons où un taux de pyrrhotite a été relevé sans pour autant avoir de dégâts sur leur fondation, ces propriétaires ont de la difficulté à vendre leur maison et celle-ci se trouve dévaluée considérablement. Ces personnes ne sont pas prises en compte par le gouvernement fédéral. 

De plus en 2016, le fédéral a distribué l’argent en retard lors de la dernière saison de la construction, le gouvernement n’a jamais reconnu vouloir aller plus loin dans ce dossier et s’assurer que les normes d’agrégat du béton soient révisées.

Bien que la somme soit nettement insuffisante et que le gouvernement ait pris du temps avant que l’on connaisse les détails du versement de ce montant, notons que l’annonce des libéraux est mieux que celle de l’ancien gouvernement conservateur. Le NPD trouve tout de même malheureux que dans ses échanges avec le gouvernement en Chambre, les libéraux refusent, comme les conservateurs, d’admettre que le problème est de compétence partagée. Ils continuent de se désengager en martelant que l’enjeu de la pyrrhotite est de compétence provinciale. En résumé, la bataille n’est pas terminée, vos députés de Berthier-Maskinongé et Trois-Rivières continueront de faire pression sur les libéraux afin qu’ils prennent toutes leurs responsabilités dans ce dossier et qu’ils ne se désengagent pas vis-à-vis des victimes malgré une aide financière de 30 millions sur trois ans.

 Qu’est-ce que vous pouvez faire si vous êtes aux prises avec cette problématique?

 1)      N’hésitez pas à communiquer avec mon équipe et moi au bureau de circonscription.

2)      Contactez la CAVP (Coalition d'aide aux victimes de la Pyrrhotite).

3)      Contactez votre MRC et votre municipalité afin de voir s’ils peuvent vous aider financièrement