QUESTION À LA CHAMBRE : Les compressions budgétaires de l'Agence canadienne de l'inspection des aliments

M. Pierre Lemieux (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture, PCC) 

    Monsieur le Président, comme je l'ai déjà expliqué à la Chambre au cours des deux derniers jours, le système de salubrité alimentaire du Canada est solide et exemplaire. C'est un fait reconnu non seulement au Canada, mais aussi dans le monde entier.

    Pour ce qui est du personnel d'inspection, depuis 2006, le gouvernement a embauché plus de 700 nouveaux inspecteurs à l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Par ailleurs, chaque fois que nous avons proposé d'augmenter le financement de l'agence, le député et ses collègues ont voté contre.

Mme Ruth Ellen Brosseau (Berthier—Maskinongé, NPD):  

    Monsieur le Président, c'est complètement faux.

    Le ministre ne répond jamais. Économiser de l'argent dans ce dossier met la santé des Canadiens en danger. On veut savoir pourquoi il va renvoyer des inspecteurs alimentaires et pourquoi il va fermer des bureaux. Il continue de garder les Canadiens dans l'ombre avec ces compressions. Les agriculteurs qui ont à coeur la sécurité de la population et des Canadiens sont très inquiets.

    Pourquoi le ministre veut-il cacher les compressions aux Canadiens et aux Québécois? C'est fou!

M. Pierre Lemieux (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture, PCC):  

    Monsieur le Président, dans un rapport sur le classement des pays, voici ce que l'Organisation de coopération et de développement économiques dit. « Le Canada compte parmi les pays dont le bilan est le meilleur, selon l'étude visant à déterminer le classement mondial des pays en matière de salubrité des aliments qui a été menée en 2010. Il a obtenu une note globale supérieure, ce qui lui a valu une place parmi les meilleurs. »

 

    On a donc pris des mesures pour augmenter et améliorer notre système de salubrité des aliments et chaque fois que l'on fait cela, l'opposition vote contre.