Un nouveau rapport associe les sociétés minières canadiennes à la violence généralisée en Amérique du Sud

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

25 octobre 2016

UN NOUVEAU RAPPORT ASSOCIE LES SOCIÉTÉS MINIÈRES CANADIENNES À LA VIOLENCE GÉNÉRALISÉE EN AMÉRIQUE DU SUD

OTTAWA — Les néo-démocrates sont profondément troublés par les révélations contenues dans un nouveau rapport intitulé The Canada Brand, publié aujourd’hui par l’organisme Justice and Corporate Accountability Project (JCAP). Ce rapport fait état de plus de 400 incidents violents liés à des sites miniers canadiens survenus au cours des quinze dernières années en Amérique latine seulement.

« Ce rapport montre très clairement que l’approche du Canada en matière de responsabilité sociale des entreprises est défaillante. Le premier ministre doit agir immédiatement avant que d’autres personnes ne soient blessées et que la réputation du Canada à l’échelle internationale ne soit entachée davantage – incluant celle des compagnies canadiennes qui font des affaires à l’étranger », a déclaré la porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Hélène Laverdière (Laurier – Sainte-Marie).

Depuis des années, certaines compagnies minières canadiennes œuvrant à l’étranger ont fait l’objet d’une surveillance accrue à la suite d’accusations concernant leurs normes laxistes en matière d’environnement, de relations de travail ou de droits de la personne. En avril, plus de 180 organismes d’Amérique latine ont envoyé une lettre ouverte au premier ministre Justin Trudeau pour lui demander d’agir en vue de régler les problèmes liés à des sociétés minières canadiennes. 

« 41 % des grandes sociétés minières œuvrant en Amérique latine sont canadiennes, et le gouvernement canadien offre une assistance non négligeable à ces compagnies dans de nombreux pays, a dit Cheryl Hardcastle, vice-présidente du Sous-comité des droits internationaux de la personne (Windsor – Tecumseh). Le Canada doit revoir ses politiques à la lumière de ce rapport pour veiller à ce que les droits de la personne passent en premier. »

Les néo-démocrates croient que l’approche du Canada en matière de responsabilité sociale des entreprises doit être revue dans son intégralité. Le NPD a proposé que des règles plus strictes soient imposées aux sociétés canadiennes de l’industrie extractive qui œuvrent à l’étranger, y compris la nomination d’un ombudsman de la responsabilité sociale des entreprises. 

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Centre des médias du NPD : 613-222-2351 ou npdcom@parl.gc.ca